Le tabac et le sport : deux éléments incompatibles

Dans l'inconscient collectif, le tabagisme et le sport représentent deux mondes que tout oppose. Et pourtant, de nombreux sportifs sont également des fumeurs réguliers. Malheureusement, ces derniers sous-estiment les risques liés à leur consommation de tabac et l'impact négatif sur leurs performances. Voici tout ce qu'il faut savoir sur les liens entre le sport et le tabac.
fumeur sportif arretez de fumer avec laserostop sevrage tabagique

Sportif fumeur : une véritable problématique de santé publique

Être sportif fumeur, ce n'est pas si rare

Il est largement reconnu par le grand public comme par la communauté médicale que le tabagisme et la pratique d’un sport ne sont pas compatibles. Hélas, les sportifs fumeurs, dans le milieu amateur comme professionnel, ne sont pas toujours conscients des risques associés à leur consommation de tabac et de son impact sur leur santé, leur confort et leurs performances. Des études montrent, en effet, que bien qu’il y ait moins de fumeurs chez les sportifs que dans la population générale, la part de pratiquants qu’ils représentent reste préoccupante​​ du point de vue de la santé publique.

Non, le sport ne compense pas les méfaits du tabac !

Beaucoup de sportifs fumeurs s’imaginent, à tort, que l’exercice physique peut compenser les effets négatifs du tabagisme. Cette idée trompeuse est renforcée par des croyances populaires : « pratiquer une activité sportive nettoie les poumons », « passer du temps dehors limite le développement de maladies liées au tabac », etc. Inutile de s’accrocher à celles-ci : elles sont totalement fausses ! Il est aujourd’hui crucial de démystifier ces idées reçues et de mettre en relief l’importance d’un arrêt total du tabagisme pour conserver une santé optimale.

Le tabac est toxique, même à faible dose

Il est important de souligner que même une faible consommation de tabac peut être dangereuse, que l’on soit sportif fumeur ou non sportif. Les effets sur la santé cardiovasculaire ne sont pas proportionnels à la quantité de tabac fumée. Même une consommation modérée présente des risques significatifs sur ce plan-là. C’est pourquoi diminuer le nombre de cigarettes que vous consommez n’a d’intérêt que s’il s’agit d’une phase de transition avant de vous lancer dans un sevrage tabagique total.

Le cas particulier du tabac non fumé (TNF)

Le tabac non fumé, c’est-à-dire prisé ou chiqué, s’est invité dans le milieu sportif sous l’idée fausse qu’il offre les avantages de la nicotine sans les inconvénients du tabac fumé. Pourtant, il présente lui aussi des répercussions néfastes sur le système cardiovasculaire et un risque non négligeable de dépendance. De plus, selon le contexte, le TNF pourrait être assimilé à du dopage selon les critères de l’Agence Mondiale Antidopage (WADA). Il n’est donc pas recommandé d’avoir recours à cette pratique.

Une garantie nationale

Nos centres laserOstop vous garantissent une prise en charge gratuite dans toute la France

Praticien(nes) à votre écoute

À votre écoute et un service client 6j/7

Sans contre-indication

La méthode laserOstop est un protocole personnalisé qui s'adapte à chacun et sans contre-indication

Discrétion & confidentialité

Nos centres laserOstop sont tenus à la confidentialité de vos traitements de façon à protéger votre intégrité

L'impact physiologique du tabagisme sur les sportifs

Les problèmes que pose le tabac, en résumé

Problèmes respiratoires, risque accru de cancer, soucis cardiovasculaires… Ce n’est un secret pour personne, le tabagisme est à l’origine de divers problèmes de santé. Et lorsqu’on pratique un sport régulièrement, certains sont plus gênants que d’autres. Nombre d’entre eux peuvent sérieusement impacter les performances sportives :

  • Le tabac réduit la quantité d’oxygène circulant dans le sang, entraînant essoufflement et altération de la fonction musculaire.
  • Il provoque des spasmes artériels, qui peuvent être mortels lorsqu’ils privent certains organes d’irrigation sanguine.
  • Il influence la coagulation du sang, augmentant le risque de formation de caillots pouvant être à l’origine d’infarctus, de phlébites ou d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).
  • Il diminue le taux de bon cholestérol, augmentant les risques cardiovasculaires à long terme.
  • Il réduit la capacité pulmonaire et donc l’oxygénation optimale du sang.
  • Il favorise le risque de développement de maladies respiratoires aiguës et chroniques ainsi que de cancer des poumons.
  • Il affecte la récupération après l’effort et la guérison en cas de blessure.

Responsable d’environ 73 000 décès par an en France, le tabagisme est une cause importante de mort prématurée. L’arrêt de la cigarette est donc essentiel, non seulement pour améliorer les performances sportives pour un sportif fumeur, mais aussi pour la santé globale de tout fumeur.

Zoom sur le rôle néfaste du monoxyde de carbone

La combustion du tabac provoque la formation de monoxyde de carbone, une molécule inhalée à chaque fois que vous fumez. Dans l’organisme, celui-ci prend la place de l’oxygène dans les globules rouges. Il réduit ainsi la capacité du sang à transporter l’oxygène vers les organes qui en ont besoin. C’est en grande partie ce phénomène qui cause un essoufflement durant l’effort et une diminution de la performance musculaire.

Le problème avec le monoxyde de carbone, c’est qu’une fois qu’il s’est fixé sur les globules rouges, il n’en part plus. Il s’accumule donc au fil du temps dans votre circulation sanguine. Il faut compter plusieurs semaines après l’arrêt du tabac pour qu’il soit éliminé totalement.

L'influence du tabagisme sur la circulation sanguine

Le tabagisme affecte la façon dont les artères se dilatent et se contractent en fonction des besoins du corps. Il entraîne des spasmes et une diminution du flux sanguin qui peuvent conduire à une occlusion artérielle (l’artère est bouchée) et donc à un infarctus​​.

Parallèlement, le tabac favorise l’agrégation des plaquettes et épaissit le sang, facilitant la formation de caillots pouvant engendrer des thromboses des veines et des artères. Ces caillots sont eux aussi susceptibles de provoquer un infarctus du myocarde, mais aussi des accidents vasculaires cérébraux, ou des ischémies aiguës des membres inférieurs (phlébites), y compris chez les jeunes fumeurs​​. Et ces troubles sont encore plus marqués chez les femmes qui prennent la pilule.

Les effets sur le système pulmonaire

Les effets du tabac sur la sphère respiratoire nuisent aux performances physiques, au confort durant l’entraînement et à la santé en général. La consommation régulière de tabac entraîne une inflammation, une obstruction des voies respiratoires et une altération des alvéoles pulmonaires qui diminuent la capacité pulmonaire. L’efficacité de la respiration est donc réduite pendant l’exercice.

Parallèlement, les sportifs fumeurs sont plus susceptibles de souffrir d’affections respiratoires chroniques, comme la bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO) ou l’asthme qui peuvent fortement limiter les capacités physiques. La toux et la production excessive de mucus associées au tabagisme favorisent également l’inflammation des bronches et l’installation des germes pathogènes responsables de bronchites ou de pneumonies.

De plus grandes difficultés de récupération et de guérison

Réduisant l’apport d’oxygène aux tissus, le tabagisme peut retarder la guérison après une blessure. Il est d’ailleurs déconseillé à tout fumeur de consommer du tabac dans les semaines qui suivent une chirurgie pour éviter les problèmes de cicatrisation. L’intoxication tabagique a également tendance à prolonger les périodes de récupération après une activité physique intense, celles-ci étant à l’origine de micro-lésions qui ont alors du mal à se réparer.

L'impact sur le comportement alimentaire

La consommation de tabac altère fortement la perception du goût et de l’odorat. Les fumeurs ont donc naturellement une plus grande tendance à se tourner vers des aliments plus gras ou plus sucrés. Chez un sportif, cela peut non seulement poser problème pour suivre un régime particulier, mais cela va également augmenter ses risques cardiovasculaires.

L'arrêt du tabac chez le sportif

Les effets à court terme de l'arrêt du tabagisme

L’arrêt du tabagisme offre des bénéfices presque immédiats. Tout sportif qui cesse de fumer remarque rapidement une amélioration de ses capacités lors d’un effort et une augmentation de son confort général durant l’activité sportive. Dès les premiers jours qui suivent le début du sevrage tabagique, on peut constater :

  • une amélioration de la fonction pulmonaire ;
  • une meilleure oxygénation du sang ;
  • une réduction de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle au repos comme en activité ;
  • une augmentation de l’énergie et une réduction de la fatigue ;
  • une circulation sanguine plus saine ;
  • une réduction de la « toux du fumeur » ;
  • une récupération après l’effort plus efficace ;
  • une meilleure endurance.

Parallèlement, d’autres bénéfices peuvent être constatés en dehors de la pratique sportive :

  • le retour d’un sens du goût et de l’odorat optimal ;
  • une meilleure hygiène buccale avec notamment une meilleure haleine ;
  • une amélioration de l’aspect de la peau et des cheveux.

La nécessité d'être motivé

Bien que la majorité des fumeurs souhaitent arrêter, l’addiction au tabac est souvent la plus forte et demande à être réellement prêt pour démarrer un sevrage. Ici, la motivation personnelle est essentielle pour parvenir au but recherché. Vous devez être intimement convaincu que c’est le seul moyen pour vous de préserver votre santé, celle de vos proches ainsi que vos performances sportives.

Et si le sport n'était pas seulement une raison, mais un moyen pour arrêter le tabac ?

Certes, améliorer vos performances sportives constitue une bonne raison pour envisager l’arrêt du tabac. Mais, à l’inverse, la pratique d’un sport est aussi un bon moyen d’y arriver ! Des études suggèrent qu’elle aide à réduire le syndrome de sevrage, le craving (l’envie irrépressible de fumer), les idées négatives et la prise de poids dans le cadre de l’arrêt du tabac. Bien sûr, cela ne signifie pas que le sport seul est suffisant pour en finir définitivement avec la cigarette, mais il peut vous offrir un sérieux coup de pouce.

Adopter une approche personnalisée du sevrage

Une fois la motivation trouvée, la prise en charge du sevrage tabagique peut prendre plusieurs formes. L’essentiel, c’est qu’elle vous corresponde et réponde à vos attentes. Un médecin tabacologue peut, par exemple, vous prescrire des substituts nicotiniques (patch, gommes, inhalateur) remboursés par la Sécurité Sociale sur la base d’un forfait annuel.

Bien qu’elle soit populaire chez les personnes qui cherchent à en finir avec le tabac, la cigarette électronique soulève de nombreuses interrogations quant à ses effets à long terme. Moins nocive que la cigarette traditionnelle, elle peut être utilisée sur une courte période pour faciliter le passage à une vie sans tabac. Son emploi ne devrait, cependant, pas devenir une habitude quotidienne sur le long terme.

Dans le cadre d’un sevrage, vous pouvez également vous tourner vers la thérapie cognitive et comportementale (TCC) qui vous permet de trouver les ressources en vous pour résister à l’envie de fumer. D’autres méthodes, comme l’acupuncture ou l’hypnose, sont aussi recommandées par certains ex-fumeurs. Enfin, vous pouvez choisir le sevrage par photobiomodulation, notamment avec la méthode laserOstop®.

Focus sur la méthode laserOstop® basée sur la photobiomodulation

La méthode laserOstop®, basée sur la photobiomodulation, offre plusieurs avantages pour aider un sportif fumeur à arrêter de fumer.

Une technologie non invasive et sécuritaire

La méthode laserOstop® utilise une technologie non invasive et sécuritaire qui permet un sevrage en une seule séance, sans douleur, sans danger, et sans crise de manque. Elle stimule des points auriculaires par un faisceau lumineux ciblant un plexus nerveux bien précis pour réduire la dépendance physique à la nicotine, sans laisser de marques sur l’oreille​​ ni provoquer de sensation désagréable.

Qu'est-ce que la photobiomodulation exactement ?

La photobiomodulation est une méthode utilisée depuis plus de 40 ans dans divers domaines médicaux et esthétiques. La méthode laserOstop® l’emploie pour délivrer une dose d’énergie bien définie qui provoque des réactions subatomiques qui se transmettent ensuite au niveau microscopique, puis physiologique. Ce mécanisme permet d’agir directement sur les facteurs qui favorisent la dépendance et l’envie de fumer.

Une action ciblée sur le système nerveux

L’auriculothérapie agit sur le système nerveux en traitant des points réflexes spécifiques de l’oreille. Cette stimulation déclenche la sécrétion d’endorphines, jouant un rôle crucial dans l’interruption du processus physiologique de dépendance à la nicotine, mais aussi des envies de grignoter. Cette approche procure ainsi un effet apaisant et contribue à réduire l’envie de fumer.

Alors si vous êtes un sportif fumeur reprenez le contrôle de votre santé et de vos performances sportives dès aujourd’hui avec laserOstop®, votre solution en une seule séance pour un sevrage tabagique réussi ! Prenez rendez-vous l’un des centres de sevrage tabagique laserOstop® proche de chez vous pour en savoir plus !

Arrêtez de fumer maintenant !

Prenez rendez-vous en ligne dans votre centre laser anti tabac laserOstop le plus proche de chez vous !

Partagez cet article

Prendre rendez-vous

Arrêtez de fumer maintenant !

Prenez rendez-vous en ligne dans votre centre laser anti tabac laserOstop le plus proche de chez vous !
+ 0
Sevrages effectués depuis 2021
+ 0
Centres en France, à la Réunion, en Martinique et en Suisse
+ 0
L'avis de nos clients confirment de notre efficacité

Nouveaux centres

Articles récents