Arreter de fumer avec une vapoteuse : ça marche ou pas ?

Dans un monde où le tabagisme constitue une préoccupation majeure en matière de santé publique, la quête de moyens simples et efficaces pour cesser de fumer n'a jamais été aussi cruciale. Parmi les diverses méthodes disponibles, l'utilisation de la cigarette électronique proposant une alternative aux cigarettes traditionnelles a gagné en popularité. Mais que penser de ce procédé exactement ? Peut-on arrêter de fumer avec une vapoteuse ? La vape est-elle plus saine que la consommation de tabac ? Voici tout ce qu'il faut savoir à ce sujet !
arreter de fumer avec une vapoteuse laserostop sevrage tabagique

Arrêter de fumer avec une vapoteuse : ce qu'il faut savoir

Comment fonctionne une cigarette électronique exactement ?

Une e-cigarette est constituée d’un boîtier électronique avec batterie qui permet de contrôler son fonctionnement, d’un réservoir contenant le liquide qui sert à former la vapeur inhalée et d’une résistance. Cette dernière fait chauffer le e-liquide pour le transformer en vapeur. Ce mécanisme se déclenche chaque fois que l’utilisateur aspire l’air à travers l’embout de la vapoteuse ou s’il appuie sur un bouton.

Ce type de dispositif demande à être rechargé régulièrement pour rester fonctionnel. Il faut également renouveler la cartouche de e-liquide chaque fois qu’elle est vide. Selon l’expérience du vapoteur, différents modèles de cigarette électronique peuvent être utilisés. Les personnes qui n’ont jamais fumé débutent généralement en « crapotant », c’est-à-dire en rejetant la fumée avant qu’elle n’atteigne les poumons. Les fumeurs et anciens fumeurs, eux, préfèrent souvent inhaler cette fumée comme ils le font avec une cigarette classique.

Quels types d'e-liquides existent sur le marché ?

Afin de satisfaire tous les types de vapoteurs, il existe plusieurs sortes d’e-liquides aux caractéristiques spécifiques. La plupart d’entre eux sont aromatisés et il y a une multitude de saveurs différentes sur le marché. Melon, fraise, menthe, cerise, pêche, cola, café, bubble gum, chocolat, mélanges originaux… il y en a pour tous les styles ! Mais, il y a aussi des liquides pour cigarettes électroniques au goût neutre, à utiliser tels quels ou à enrichir d’une composition aromatique de votre choix.

Quoi qu’il en soit, que le e-liquide soit aromatisé ou non, vous pouvez le prendre sans ou avec nicotine. Dans ce dernier cas, vous avez le choix entre différents dosages à sélectionner en fonction de votre accoutumance à cette molécule. Parmi les e-liquide nicotinés, il existe des produits à base de sels de nicotine qui offrent une absorption plus rapide et plus douce pour les voies respiratoires, afin de satisfaire les besoins de votre organisme de façon plus immédiate.

Les e-liquides à la nicotine peuvent-ils être considérés comme des substituts nicotiniques ?

Autrefois, la notion de substituts nicotiniques renvoyait automatiquement à l’utilisation de patchs, de gommes et de comprimés permettant de compenser le manque de nicotine à l’arrêt du tabac. Ces dispositifs sont d’ailleurs partiellement remboursés par la Sécurité Sociale aux personnes qui s’engagent dans une démarche de sevrage tabagique accompagnées par un professionnel de santé.

Aujourd’hui, l’arrivée des e-liquides riches en nicotine est venue agrandir la famille des substituts nicotiniques. Ils offrent aux fumeurs et ex-fumeurs une alternative pour satisfaire leurs besoins en nicotine sans reprendre ou augmenter leur consommation de tabac. S’ils permettent, dans une certaine mesure, de contrôler la quantité de cette molécule que vous absorbez quotidiennement, ces e-liquides ne font toutefois pas l’objet d’une prise en charge par l’assurance maladie dans le processus de sevrage tabagique.

De plus, gardez en tête que si vous souhaitez avoir recours à ce type de produit pour réduire votre consommation de cigarettes ou la stopper totalement, il est préférable de le faire sous suivi médical, en raison des divers facteurs de risque et de sécurité associés.

Une garantie nationale

Nos centres laserOstop vous garantissent une prise en charge gratuite dans toute la France

Praticien(nes) à votre écoute

À votre écoute et un service client 6j/7

Sans contre-indication

La méthode laserOstop est un protocole personnalisé qui s'adapte à chacun et sans contre-indication

Discrétion & confidentialité

Nos centres laserOstop sont tenus à la confidentialité de vos traitements de façon à protéger votre intégrité

Vapotage et sevrage font-ils bon ménage ?

Pratiquer la vape pendant un sevrage tabagique : un réflexe à double tranchant

Vapoter quand vous arrêtez de fumer peut être une bonne idée pour réduire progressivement votre consommation de nicotine sans souffrir de façon trop importante du syndrome de sevrage. En effet, la cigarette électronique constitue une alternative moins nocive que les cigarettes traditionnelles et offre l’avantage de pouvoir doser plus précisément la quantité de nicotine consommée.

D’un autre côté, elle comporte elle aussi des risques potentiels pour la santé et peut entretenir la dépendance en maintenant l’habitude de fumer, même s’il ne s’agit pas de tabac à proprement parler. Il est donc crucial de peser soigneusement les avantages et les inconvénients du vapotage avant de se lancer et de préférer une approche globale et encadrée par des professionnels pour votre sevrage du tabac. 

Peut-on cumuler vapoteuse et médicaments ou substituts nicotiniques ?

Si vous souhaitez consommer un e-liquide qui ne contient pas de nicotine ou de substance active, comme le CBD par exemple, il n’y a pas de contre-indication particulière à vapoter en parallèle de votre traitement de sevrage. Si vous tolérez bien l’utilisation de votre cigarette électronique, vous êtes libre de faire ce qui vous plaît.

En revanche, si vous optez pour un e-liquide nicotiné, il existe un risque de surdose de nicotine si vous utilisez des substituts en même temps. Il vous faudra donc être très vigilant à la quantité totale de nicotine reçue par votre organisme, afin d’éviter tout risque d’effet secondaire. La dose maximale quotidienne à cibler dépend de :

  • la quantité de tabac que vous aviez l’habitude de consommer quand vous fumiez ;
  • votre ressenti lorsque vous réduisez la quantité de nicotine consommée ;
  • la technologie de votre vapoteuse ;
  • votre façon de vapoter (durée d’inhalation, nombres de bouffées par minute, etc.).

Pour calculer le bon dosage de nicotine, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour réaliser le test de Fagerström et obtenir des conseils personnalisés, afin d’établir un plan de sevrage adapté à votre situation.

Et pour les autres méthodes de sevrage tabagique ?

En ce qui concerne les méthodes de sevrage tabagique sans substances chimiques, il n’y a pas de contre-indication particulière au vapotage. Vous pouvez, par exemple, vapoter tout en suivant des séances d’hypnothérapie, d’acupuncture, de thérapie cognitive et comportementale (TCC) mais si vous faites appel à la méthode laserOstop vous arrêterez de fumer la cigarette électronique après la séance.

Les critères de choix de la vapoteuse et du e-liquide dans le cadre de l'arrêt du tabac

Lors du choix d’une vapoteuse et d’un e-liquide au moment de l’arrêt du tabac, il est recommandé de porter une attention particulière aux points suivants :

  • Le type de vapoteuse : optez pour un modèle adapté à votre expérience de vapotage, que vous soyez débutant ou expérimenté, en début de sevrage ou sevré depuis plusieurs jours/semaines.
  • La concentration de nicotine : sélectionnez un e-liquide avec un niveau de nicotine adapté à votre dépendance actuelle pour faciliter le sevrage. En Europe, le dosage maximum est de 20mg/ml.
  • La qualité du produit choisi : privilégiez les vapoteuses et e-liquides de bonne qualité et homologués pour garantir la sécurité d’utilisation et l’innocuité pour votre santé.
  • La saveur de l’e-liquide : tournez-vous vers une saveur agréable pour rendre l’expérience de vapotage plus réjouissante. Attention toutefois, car plus vous trouverez le goût plaisant, plus vous risquez d’augmenter votre consommation. Essayez de trouver un juste milieu !

Les limites du vapotage : attention à ne pas remplacer une mauvaise habitude par une autre !

L'e-cigarette est-elle moins nocive que le tabac ?

On considère généralement que la cigarette électronique est moins nocive que le tabac traditionnel et sa fumée riches de centaines de substances dangereuses pour la santé. Dans une démarche de sevrage tabagique, une personne motivée peut trouver du réconfort dans son utilisation en maintenant le geste et l’agrément associés au tabac, tout en réduisant progressivement sa consommation de nicotine.

Pour autant, l’e-cigarette n’est pas sans risque. Elle peut notamment provoquer des effets indésirables tels que des irritations de la gorge, des nausées, ou des vertiges et aucune information n’est connue sur une consommation sur le long terme. De plus, tous les fabricants de vapoteuses et de e-liquide ne sont pas forcément fiables. Il existe sur le marché de nombreux produits dont la qualité et la composition ne sont pas garanties et potentiellement néfastes pour l’organisme.

En bref, bien que l’e-cigarette puisse être bénéfique pour les personnes souhaitant arrêter de fumer, elle doit être utilisée avec prudence et en connaissance de ses potentiels effets indésirables et limites. Sur ce point, elle doit être employée avec la même vigilance que tout autre substitut nicotinique ou médicament de sevrage tabagique faisant, lui aussi, appel à des substances chimiques.

Le coût financier : une question d'argent et de motivation

Si la vapoteuse présente un certain intérêt dans la démarche de sevrage du tabac, son achat et son utilisation ont cependant un coût. Or, après la santé, l’une des motivations principales d’un fumeur qui cherche à en finir avec la cigarette est le gain financier offert par l’arrêt. Il faut donc être conscient que plus vous vapoterez longtemps, plus ce bénéfice tardera à se manifester.

Outre le coût initial d’achat d’une cigarette électronique qui peut être élevé, il faut également prévoir le remplacement régulier de la résistance qui s’use avec le temps. Parallèlement, tout comme vous achetiez autrefois des cigarettes, vous devrez renouveler régulièrement vos cartouches de e-liquide. Selon l’importance de votre consommation, cette dépense peut s’avérer relativement onéreuse.

La durée d'utilisation de la vapoteuse : quand s'en passer ?

La durée d’utilisation d’une vapoteuse dans le cadre du sevrage tabagique varie en fonction de l’individu et de son parcours de sevrage. Il n’existe pas de règle stricte sur la période pendant laquelle on devrait employer une e-cigarette, mais comme pour tout dans la vie, l’excès est mauvais en tout. Plus vous pourrez vous en passer tôt, mieux ce sera.

L’idéal si vous tenez à recourir à la cigarette électronique pour arrêter de fumer est de l’envisager comme un outil de transition à court terme permettant de réduire la dépendance à la nicotine en diminuant progressivement la concentration des e-liquides consommés. Un objectif réaliste serait de viser un sevrage nicotinique complet (que vous utilisiez du tabac, des substituts ou du e-liquide) en 3 à 4 mois. Prolonger la vape au-delà de ce délai consisterait à remplacer votre addiction passée par une nouvelle forme de dépendance.

Les méthodes de sevrage tabagique sans substituts qui marchent

Les méthodes traditionnelles

Outre la prise de substituts nicotiniques classiques et de médicaments sur ordonnance comme le bupropion (Zyban®) ou la varénicline (Champix®), les méthodes traditionnelles de sevrage restent plus ou moins efficaces, notamment :

  • les consultations de suivi avec un médecin tabacologue ;
  • les thérapies de soutien : TCC, groupes de parole, etc. ;
  • l’acupuncture ;
  • l’hypnothérapie.

La méthode d'arrêt par photobiomodulation laserOstop®

Proposant des résultats probants comme en témoignent les nombreux avis clients, immédiatement comme à long terme, la méthode laserOstop®, basée sur la photobiomodulation, est une technique moderne et innovante utilisée pour le sevrage tabagique. Elle consiste à appliquer des faisceaux lumineux à faible intensité sur des points spécifiques du pavillon de l’oreille afin de stimuler la libération d’endorphines. Ces neurotransmetteurs procurent une sensation de bien-être contribuant à réduire l’envie de nicotine et à atténuer les symptômes physiques du sevrage tabagique.

Cette méthode présente plusieurs avantages pour vous aider à arrêter de fumer :

Elle est non invasive, indolore et sans effets secondaires.
Elle fonctionne en une seule séance d’une heure.
Elle est adaptée à tous les profils de fumeurs, même en cas d’échec du sevrage par le passé.

Avec laserOstop®, une seule séance suffit pour rester abstinent définitivement, avec une garantie de prise en charge gratuite en cas de rechute dans les 12 mois suivant le traitement initial. Notre méthode s’inscrit sans aucune difficulté dans un plan d’arrêt définitif du tabac et se trouve tout aussi performante pour vous accompagner à un sevrage de cigarette electronique même si vous êtes un/e vapoteur/se assidu/e.

Mais chez laserOstop, nous pensons sincèrement qu’il n’est pas possible d’arrêter de fumer avec une vapoteuse et qu’il est préférable de ne pas commencer la vapote pour arrêter de fumer, à cause d’un risque de dépendance important, et nous vous invitons, plutôt, à prendre rendez-vous dans l’un de nos centres anti tabac pour un sevrage tabagique réussi dès aujourd’hui !

Arrêtez de fumer maintenant !

Prenez rendez-vous en ligne dans votre centre laser anti tabac laserOstop le plus proche de chez vous !

Partagez cet article

Prendre rendez-vous

Arrêtez de fumer maintenant !

Prenez rendez-vous en ligne dans votre centre laser anti tabac laserOstop le plus proche de chez vous !
+ 0
Sevrages effectués depuis 2021
+ 0
Centres en France, à la Réunion, en Martinique et en Suisse
+ 0
L'avis de nos clients confirment de notre efficacité

Nouveaux centres

Articles récents