Arrêter de fumer provoque le cancer : ne croyez pas cette rumeur !

Arrêter de fumer provoque le cancer laserostop

Tout le monde le sait, la consommation régulière de tabac est le principal facteur de risque de développer un cancer du poumon et est impliquée dans de nombreux autres cancers. Mais est-ce que cesser de fumer permet réellement d’éviter cette pathologie ? Certaines personnes vous diront peut-être même qu’arrêter de fumer provoque le cancer. Qu’en est-il vraiment ? Nous faisons le point sur les liens entre tabac, sevrage tabagique et risque de cancer.

Tabagisme et cancer : un constat inquiétant

Le cancer du poumon

Loin devant les autres facteurs favorisants, le tabac est la première cause à l’origine du cancer du poumon. 90 % des cancers pulmonaires résultent d’un tabagisme régulier, plus particulièrement chez les femmes. Riche en composants toxiques aux nombreux effets nocifs, la fumée de cigarette est très irritante pour les bronches qui produisent alors du mucus pour se protéger.
Afin de nettoyer les poumons, l’organisme déclenche le réflexe de toux. Or, la toux est elle aussi un facteur d’irritation bronchique. L’inflammation permanente des cellules des bronches perturbe le renouvellement normal de celles-ci. Au fil du temps, les nouvelles cellules produites sont de moins bonne qualité et peuvent s’avérer cancéreuses.

Les autres cancers

Fumer régulièrement des cigarettes industrielles ou roulées n’est pas seulement à l’origine du cancer du poumon. D’autres cancers sont aussi attribuables à la consommation de tabac, même s’il n’est en pas nécessairement la cause principale, notamment :

  • les cancers ORL, comme le cancer de la bouche, des sinus, de la gorge ou du larynx,
  • les cancers digestifs, comme le cancer de l’œsophage, de l’estomac, du foie, du pancréas, du côlon,
  • les cancers des voies urinaires, comme le cancer de la vessie ou du rein,
  • le cancer de la peau,
  • le cancer du sein, de l’utérus ou de la vulve,
  • certaines formes de leucémie.

Arrêter de fumer est un bon moyen pour préserver sa santé à tous les niveaux, et pas seulement sur le plan respiratoire, bien que ce soient les effets sur les poumons qui sont les plus rapidement visibles lorsque l’on stoppe la cigarette.

Que se passe-t-il pour l'organisme après un sevrage tabagique ?

Une détox bien méritée

Le principal problème suscité par la consommation de tabac est l’exposition aux plus de 4000 substances nocives dégagées lors de la combustion d’une cigarette, qu’elle possède un filtre ou non. Écraser sa « dernière clope » et ne plus en rallumer aucune met fin à la pollution incessante que subit l’organisme des fumeurs.

Une garantie nationnale

Nos centres laserOstop vous garantissent une prise en charge gratuite dans toute la France

Praticien(nes) à votre écoute

À votre écoute et un service client 6j/7

Sans contre-indication

La méthode laserOstop est un protocole personnalisé qui s'adapte à chacun et sans contre-indication

Discrétion & confidentialité

Nos centres laserOstop sont tenus à la confidentialité de vos traitements de façon à protéger votre intégrité

Le retour à la normale pour tous les organes

Dès les premières heures qui suivent l’arrêt, les taux de nicotine et de monoxyde de carbone du sang chutent de manière importante, permettant à l’oxygène de circuler plus librement vers les différentes cellules du corps humain. Parallèlement, les poumons commencent à se nettoyer et à évacuer toutes les substances nocives et le mucus qui les encombrent. Petit à petit, l’ensemble du système cardiorespiratoire récupère son efficacité et les cellules altérées par la prise répétée de tabac se renouvellent. Il faut malgré tout 10 ans en moyenne pour qu’un ex-fumeur retrouve une santé comparable à celle d’un non-fumeur qui n’a jamais touché une cigarette. C’est ce délai relativement long qui poussent certaines personnes à penser que le fait d’arrêter de fumer n’empêche pas d’avoir le cancer, voire pire, cela le provoquerait. Faisons le point sur cette rumeur.

Est-il possible qu'arrêter de fumer provoque le cancer ?

Sur internet ou dans votre entourage, vous trouverez peut-être des témoignages de personnes ayant développé un cancer malgré l’arrêt du tabac et qui sont convaincues que c’est justement le sevrage tabagique qui en est la cause. Soyons très clairs : non, arrêter de fumer n’engendre pas le cancer du poumon ni un autre type de cancer d’ailleurs.

Cependant, nous l’avons vu, l’organisme met un certain temps à réparer tous les dégâts causés par la cigarette et il faut entre 5 et 15 ans pour qu’il retrouve un état de forme proche de ce qu’il aurait été sans elle. Dans cet intervalle de temps, il existe un risque de développer un cancer lié au tabagisme. Mais, il est évident que celui-ci est dû à l’intoxication par les substances nocives de la fumée de cigarette et non à l’arrêt de celle-ci.

Dans quelle mesure cesser de fumer réduit-il le risque de cancer ?

Décider d’arrêter de fumer est toujours une bonne idée pour préserver sa santé et diminuer fortement les probabilités de faire un cancer du poumon ou autre. Hélas, il ne suffit pas de ne plus tirer sur une cigarette pour que cette éventualité redevienne nulle du jour au lendemain. Des cellules précancéreuses peuvent déjà être présentes dans l’organisme et sont susceptibles de se muer en lésions cancéreuses malgré le sevrage.

Cependant, ne plus fumer réduit les chances que les cellules malformées se transforment en cancer, notamment au niveau pulmonaire. À l’arrêt du tabac, de nouvelles cellules se réinstallent petit à petit au sein des poumons et contribuent à les protéger contre cette pathologie répandue chez les fumeurs. Plus la dernière cigarette s’éloigne dans le temps, plus le risque de cancer s’amenuise, bien qu’il reste plus élevé que chez les non-fumeurs.

Le sevrage tabagique est primordial même en cas de cancer diagnostiqué

Recevoir un diagnostic de cancer suite à une consultation médicale ne signifie pas qu’il est devenu inutile d’arrêter de fumer. Au contraire, il s’agit probablement du dernier avertissement dont un fumeur bénéficie avant qu’il ne soit trop tard ! Le tabagisme peut, entre autres, augmenter les effets secondaires de certains traitements anticancéreux et accroît le taux de mortalité du patient souffrant d’un cancer. Une personne atteinte d’un cancer pulmonaire présente plus de chances de survivre si elle s’est engagée dans un sevrage tabagique, même si celui-ci est récent.

Il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer !

Ce que vous avez à y gagner

Nous l’avons vu tout au long de cet article, l’arrêt de la cigarette est l’un des moyens de prévention les plus puissants contre toutes sortes de cancer. En aucun cas un sevrage tabagique ne pourrait être à l’origine de nouvelles lésions cancéreuses. Que vous soyez simplement inquiet pour votre santé ou que vos résultats d’examens biologiques révèlent une pathologie grave, il est toujours temps pour vous d’arrêter de fumer. Quel que soit votre âge ou la durée de l’intoxication tabagique, un sevrage permettra de mettre un frein à la dégénérescence des cellules et soutiendra la formation de nouvelles cellules saines.

La méthode LaserOstop® pour retrouver une santé de fer

Pour vous aider à en finir avec le tabagisme, pensez à notre méthode LaserOstop®, un laser antitabac qui se base sur les principes de l’auriculothérapie pour réduire le besoin de nicotine. Ultra-performante, cette technologie qui ne nécessite qu’une séance d’une heure pour offrir des résultats concluants est l’un des meilleurs moyens pour retrouver un organisme en pleine forme et débarrassé des composés toxiques de la cigarette. Vous pouvez bénéficier de ce traitement révolutionnaire dans l’un de nos nombreux centres spécialisés en sevrage tabagique en France ou en Suisse.

Arrêtez de fumer maintenant !

Prenez rendez-vous en ligne dans votre centre laser anti tabac laserOstop le plus proche de chez vous !

Partagez cette article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on whatsapp
Share on email